Pascal Gazonnet

Une vocation précoce

"A 4 ans, il parait que je disais déjà que je voulais être cuisinier" raconte Pascal Gazonnet, passionné de cuisine. "Déjà à Aranc, tout petit, je traînais dans les jupes de Mémée Monnier. Je la regardais cuisiner ses cuisses de grenouilles si réputées qu’elle attirait tout le département dans son restaurant renommé. J’en ai d’ailleurs gardé précieusement la recette, et je perpétue la tradition".

De nouveaux horizons

Après son apprentissage avec Jacques Ressort à l’auberge de la Poêle à Revonnas, le randoillard va passer deux ans aux cuisines du Français à Bourg en Bresse. Puis il prend l’air du large pour se perfectionner, voir d’autres horizons, d’autres cuisines, celle de la mer, des crustacés et des poissons : Belle Ile en Mer, Royan, puis la montagne aux Houches…Un passage par l’éducation nationale, puis il rentre au pays. Cuisinier de l’association H3S, il rejoint ensuite Aranc Evasion avant de poser ses valises en janvier 2012 à la tête du Relais de Thézillieu et faire profiter sa clientèle de toute son expérience, tout ce savoir faire…

Des produits locaux

Une cuisine traditionnelle basée sur des produits locaux et de qualité « J’aime travailler les produits frais, du terroir et servir une cuisine goûteuse et généreuse ». Voilà qui situe le chef. « La cuisine, le partage d’un repas font partie des bons moments de la vie, et mon plus grand plaisir est d’honorer ces moments là ». J’ai servi pendant toutes ces années des artistes, des célébrités, mais là n’est pas l’essentiel. Je suis modeste et un coup d’œil de temps en temps sur mon livre d’or suffit à mon bonheur ! Cette cuisine bourgeoise, traditionnelle n’exclut pas l’inventivité, celles de recette longuement mûries que je mets à ma carte. Des cuisses de grenouilles au millefeuille de caille….

Les cuisses de grenouilles

pascal gazonnet

Au relais, la spécialité première ce sont les cuisses de grenouilles. « Je pourrais les cuire sans les voir, juste à l’oreille. Quand elles sont à point elle sont plus légères dans la poêle, elles résonnent d’un imperceptible bruit mat.. Il est alors temps de les servir sans attendre, sinon elles perdent la moitié de leur qualité gustative. Un autre « must » est le mille feuille de caille aux girolles. L’oiseau est désossé, puis doré à point et cuit dans une pâte feuilletée servie nappée de sauce aux girolles. Un délice. Je cuisine également les poissons, et bien entendu le poulet aux morilles ou aux écrevisses, et j’accommode même le filet de kangourou aux morilles…Côté dessert le vacherin fait maison est roi. Au rhum raisin, nougat et miel, ou alors aux pralines et caramel au beurre salé, voire à la pêche et mandarine, le dessert conclut majestueusement le copieux repas. Les amateurs de chocolat et de tartes trouveront également leur bonheur… Des produits frais, toujours des produits frais…. Les légumes viennent des Primeurs du Plateau tout proche…La viande de la boucherie de Lompnes, qui ne propose que de la viande de production locale et de qualité, les vins viennent essentiellement du Bugey. Au Relais, mettre à l’honneur le Bugey et ses spécialités prend tout son sens et les régalent.

mon métier consiste à faire plaisir aux autres…tout simplement